Pourquoi les femmes noires font face à un risque élevé de complications liées à la grossesse

Les femmes noires sont trois à quatre fois plus susceptibles de mourir de complications liées à la grossesse que les femmes blanches, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies – et une grande raison de cette disparité pourrait être le racisme, disent les experts.

« C’est fondamentalement une urgence de santé publique et de droits de l’homme, car on a estimé qu’une partie importante de ces décès pourrait être évitée », a déclaré Ana Langer, de l’école de santé publique T.H. Chan de Harvard, dans un article de l’American Heart Association du 20 février 2019.

Le manque d’accès aux soins et la mauvaise qualité des soins jouent un rôle dans la disparité, en particulier chez les femmes de niveau socio-économique inférieur, selon l’article. Mais Langer, professeur de la pratique de la médecine publique et directeur de la Women and Health Initiative, pense qu’il y a un problème plus important. « Fondamentalement, les femmes noires sont sous-évaluées », a-t-elle déclaré. « Elles ne sont pas suivies avec autant d’attention que les femmes blanches. Lorsqu’elles présentent des symptômes, ils sont souvent rejetés. »

Par exemple, la star du tennis Serena Williams a fait une embolie pulmonaire après avoir donné naissance à sa fille par césarienne l’année dernière, mais le personnel médical a d’abord rejeté ses préoccupations.

Langer a déclaré que la publication de cas comme celui de Williams pourrait aider. « Il est important d’illustrer ce qui se passe et de sensibiliser le public, car cela peut encourager l’établissement de santé à prendre cette crise beaucoup plus au sérieux », a-t-elle déclaré.

Lisez l’article de l’American Heart Association : Pourquoi les femmes noires ont-elles un risque si élevé de mourir de complications liées à la grossesse ?

En savoir plus

L’Amérique laisse tomber ses mères noires (magazine Harvard Public Health)

.

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.