Nadar

Nadar, pseudonyme de Gaspard-Félix Tournachon, (né le 5 avril 1820, Paris, France- mort le 21 mars 1910, Paris), écrivain, caricaturiste et photographe français dont on se souvient surtout pour ses portraits photographiques, considérés comme parmi les meilleurs réalisés au XIXe siècle.

Dans sa jeunesse, il a étudié la médecine à Lyon, en France, mais, lorsque la maison d’édition de son père a fait faillite en 1838, il a été contraint de gagner sa propre vie. Il commence à écrire des articles de journaux qu’il signe « Nadar ». En 1842, il s’installe à Paris et commence à vendre des caricatures à des revues humoristiques.

En 1853, bien qu’il se considère toujours avant tout comme un caricaturiste, Nadar est devenu un photographe expert et a ouvert un studio de portraits. Son succès immédiat découle en partie de son sens du spectacle. Il fait peindre en rouge tout le bâtiment qui abrite son studio et fait imprimer son nom en lettres gigantesques sur un mur de 15 mètres de long. Le bâtiment devient un point de repère local et un lieu de rencontre privilégié de l’intelligentsia parisienne. Lorsqu’en 1874, les peintres connus plus tard sous le nom d’impressionnistes ont eu besoin d’un endroit pour organiser leur première exposition, Nadar leur a prêté sa galerie. Il fut très satisfait de la tempête que l’exposition souleva ; la notoriété était bonne pour les affaires.

En 1854, il acheva son premier Panthéon-Nadar, un ensemble de deux gigantesques lithographies représentant des caricatures de Parisiens éminents. Lorsqu’il commence à travailler sur le second Panthéon-Nadar, il réalise des portraits photographiques des personnes qu’il a l’intention de caricaturer. Ses portraits de l’illustrateur Gustave Doré (vers 1855) et du poète Charles Baudelaire (1855) sont directs et posés naturellement, contrairement à la formalité rigide de la plupart des portraits contemporains. D’autres études de caractère remarquables sont celles de l’écrivain Théophile Gautier (vers 1855) et du peintre Eugène Delacroix (1855).

Ayez un abonnement Britannica Premium et accédez à du contenu exclusif. Subscribe Now

Nadar était un innovateur infatigable. En 1855, il a breveté l’idée d’utiliser des photographies aériennes dans la cartographie et l’arpentage. Ce n’est toutefois qu’en 1858 qu’il réussit à prendre une photographie aérienne – la première au monde – à partir d’un ballon. Cela a conduit Daumier à publier une lithographie satirique de Nadar photographiant Paris depuis un ballon. Elle s’intitule Nadar élevant la photographie au rang d’art. Nadar est resté un aéronaute passionné jusqu’à ce qu’il soit blessé, avec sa femme et d’autres passagers, lors d’un accident dans Le Géant, un gigantesque ballon qu’il avait construit.

En 1858, il a commencé à photographier à la lumière électrique, réalisant une série de photographies des égouts de Paris. Plus tard, en 1886, il a réalisé la première « photo interview », une série de 21 photographies du scientifique français Michel-Eugène Chevreul en conversation. Chaque photo était légendée par les réponses de Chevreul aux questions de Nadar, donnant une impression vivante de la personnalité du scientifique. Nadar a également écrit des romans, des essais, des satires et des œuvres autobiographiques.

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.