FaithGateway

james-5-15-400x400

Quelqu’un parmi vous est malade ? Qu’ils appellent les anciens de l’église pour prier sur eux et les oindre d’huile au nom du Seigneur. Et la prière offerte avec foi guérira le malade ; le Seigneur le relèvera. – Jacques 5:14-15 Mise à jour NIV

Ce que nous faisons dans la prière de guérison est d’amener le corps dans un endroit où la puissance de Dieu peut se déverser dans l’affliction – en particulier dans les lieux d’affliction. Nous nous présentons également pour être utilisés par Dieu comme des canaux de cette puissance de guérison.

Première étape : Consacrer le corps et les lieux spécifiques qui ont besoin d’être guéris.

C’est pourquoi je vous exhorte, frères et sœurs, en raison de la miséricorde de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu – c’est là votre culte véritable et approprié. – Romains 12:1 Mise à jour NIV

La consécration, ramène l’objet consacré sous la domination de Jésus, dans son royaume, et donc disponible à sa bénédiction. Mais avant de demander à la personne pour laquelle vous priez de consacrer son corps à Jésus, vous gagnerez à vous consacrer d’abord vous-même ! (Nous faisons généralement cela en premier lieu lors d’une session, ou avant la session si nous le pouvons). Vous voulez être utilisé par Dieu pour guérir ; vous vous offrez pour être un vaisseau de sa vie et de sa puissance. Par conséquent, afin d’être un meilleur conduit, il est juste que vous consacriez votre vie à Jésus-Christ – y compris votre don et votre audition. Plus le vaisseau est saint, plus la puissance peut passer à travers.

Seigneur Jésus – nous nous présentons à Toi maintenant pour être Tes partenaires dans la prière, pour être Tes vaisseaux de guérison. Nous Te consacrons notre corps, notre âme et notre esprit, notre cœur, notre esprit et notre volonté. Nous te consacrons nos dons, notre ouïe, toutes nos prières. Purifie-nous de ton sang, Seigneur ; restaure-nous et renouvelle-nous. Esprit Saint, remplis-nous à nouveau ; restaure notre union avec Jésus, et restaure la puissance de Jésus en nous ; nous te demandons de guider et de remplir ce temps de prière.

Puis invitez la personne pour laquelle on prie à consacrer son corps à Dieu. Il est important que ce soit la personne pour laquelle on prie qui le fasse (sauf bien sûr si elle est inconsciente, ou dans le cas d’un enfant qui dort). Après tout, c’est son corps ; elle a autorité sur lui – et le royaume fonctionne sur la base de l’autorité. Soyez aussi précis que possible. Les prières générales et non spécifiques voient généralement des résultats généraux et non spécifiques.

Seigneur Jésus, je Te présente maintenant mon corps comme un sacrifice vivant. Je consacre toutes les facultés de mon corps à Jésus-Christ et à Lui seul. Je consacre . Je place mon corps entièrement sous Ton autorité et sous Ta domination. Mon corps T’appartient, Seigneur, et je Te le consacre dès maintenant pleinement, totalement, complètement.

Nous avons constaté qu’il est souvent utile de renoncer à tout mauvais usage du corps, car typiquement ce sont ces abus qui ont rendu le corps sujet à l’affliction (et bien sûr le péché est ce qui donne à l’ennemi un droit sur nous aussi). Par exemple, vous priez pour la guérison d’un ulcère. Vous voulez demander : « D’où viennent ces ulcères ? » Était-ce l’abus d’alcool ? De la colère et de la rage ? Vous trouverez que la prière de guérison est une chose difficile à accomplir jusqu’à ce que la personne se repente de ces choses ; elles étaient la porte ouverte à la souffrance.

Souvent dans les actes de consécration, la repentance est requise. Ce n’est pas toujours nécessaire, mais vous le trouverez utile si votre premier passage à la prière ne commence pas à produire des résultats. Par exemple,

Jésus, je renonce à tout mauvais usage de mon corps, et je renonce à toute forme de péché par mon corps ou contre mon corps. Je renonce à . Par le sang de Jésus-Christ, j’annule maintenant toute prétention que j’ai donnée à l’ennemi contre mon corps. J’annule toute forme d’accès ou de domination que mes actions ont donné à l’ennemi contre mon corps, par la croix et le sang du Seigneur Jésus-Christ, et je redédie mon corps comme un temple du Dieu vivant, un vaisseau de sa vie sainte.

Deuxième étape : invoquer la vie de Dieu.

La mécanique de la prière de guérison est assez simple : nous invoquons la force vitale de Dieu dans le corps affligé pour le restaurer. C’est la puissance qui a ressuscité Jésus d’entre les morts, la puissance qui donne la vie à toute la création et la soutient. Elle est abondante (quatre cents milliards de milliards de soleils, et plus encore !). Ainsi, lorsque nous commençons à invoquer le pouvoir de guérison de Dieu, nous prions souvent des écritures qui nous aident à nous ouvrir à lui, et à l’appeler dans les lieux spécifiques de la souffrance :

O Dieu, Tu es notre vie. Tu es la vie de Nancy. Tu as soufflé en nous le souffle de la vie, et nous sommes devenus des êtres vivants (Genèse 2:7). Notre existence même et notre être découlent de Toi. En toi nous vivons, nous nous mouvons et nous avons notre être (Actes 17:28). Jésus – Tu es la Vigne, et nous sommes de vraies branches de Toi (Jean 15:5). Nancy est une vraie branche de Toi. Père, Tu as rendu Nancy vivante avec Christ (Ephésiens 2:4-5). Cher Père, nous te donnons Nancy maintenant pour qu’elle soit remplie de ta vie. Rétablis cette branche fragile en pleine union avec Jésus qui est la Vigne. Rétablis sa pleine union avec le Christ et avec Toi. Nous appelons la vie puissante de Jésus-Christ à se déverser dans Nancy maintenant. Que Ta vie et Ta puissance de résurrection coulent maintenant dans son corps, et dans ces lieux affligés. Tu es le Dieu qui donne la vie aux morts (Romains 4:17). Et si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts vit en nous (et Tu vis en nous), Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à nos corps mortels par Son Esprit, qui vit en moi (Romains 8:11). Puissant Esprit de Dieu, nous appelons Ta puissance dans ce corps, et dans tout lieu d’affliction. O Dieu, remplis Nancy de la puissance de résurrection de Jésus-Christ.

C’est juste un modèle, un type d’approche. Si vous suivez le Saint Esprit, il vous conduira. Mais rappelez-vous : vous ne faites pas d’efforts ! Aucune quantité d’angoisse ou d’efforts n’augmentera la quantité de vie qui coule à travers vous. En fait, toutes les formes d’efforts ferment les canaux de votre vie pour être un vaisseau de sa vie. Détendez-vous. Installez-vous.

Utilisez l’autorité de Jésus-Christ qui vous a été donnée. Dans de nombreux cas où nous voyons Jésus opérer une guérison, il ne touche pas réellement la personne – il l’ordonne simplement !

Nous déclarons et nous faisons respecter l’autorité de Jésus-Christ sur Nancy et sur son corps. Nous apportons l’autorité de Jésus-Christ sur son corps et sur ces lieux affligés . Par l’autorité que nous avons au nom de Jésus-Christ, nous ordonnons la restauration de ce corps ; nous ordonnons la restauration complète de… Dans l’autorité de Jésus-Christ, nous appelons la puissante puissance de guérison de Jésus dans ce corps…

Comme ça.

Le passage de Jacques sur la prière de guérison recommande l’onction avec de l’huile ; Stasi et moi essayons et gardons de l’huile d’onction avec nous en tout temps dans ce but précis. Si nous l’avons oublié, nous allons dévaliser les armoires et utiliser l’huile que nous y trouvons – huile d’olive, huile de cuisson, tout ce qu’il y a pour travailler avec. L’onction n’est pas une loi ; la guérison peut se faire sans elle. Mais c’est un récipient à travers lequel le Seigneur peut travailler, et cela aide souvent la foi de la personne pour laquelle on prie, cela l’aide à s’ouvrir à la présence guérissante de Dieu.

Troisième étape : Donnez-lui du temps !

Imaginez un puits vide. Vous mettez en marche un tuyau pour remplir ce puits ; cela va prendre du temps. « Attendez le Seigneur ». Donnez-lui du temps lorsque vous priez ; ne vous précipitez pas. (Je suis continuellement surpris de voir combien les prières de la plupart des chrétiens sont courtes – une minute ou deux. Cela fait à peine avancer les choses ; cela ne va pas accomplir grand-chose du tout. C’est comme essayer d’abattre un arbre d’un seul coup de hache). Restez là, en imposant les mains si nécessaire ; restez et attardez-vous, et tout en le faisant, répétez les prières pour invoquer la vie de Dieu dans le lieu affligé. Attardez-vous pendant quinze, vingt minutes ou plus. Souvent, nous nous attarderons à prier/commander/invoquer la vie… la vie… la vie.

L’adoration aide vraiment. Rappelez-vous – vous regardez vers Jésus, pas vers le problème. Mettez de la musique de louange si vous le pouvez lorsque vous commencez votre session. Commencez par l’adoration, car elle éveille l’esprit de toutes les personnes présentes pour qu’elles regardent vers Jésus. Après avoir consacré et prié notre première série de prières, nous monterons le son de la musique de louange pour quelques chansons et nous adorerons simplement « sur » le corps, toujours en imposant les mains, toujours en priant, mais en adorant aussi.

La proclamation est également très utile. Annoncer (et donc faire respecter) des vérités comme :

Ne savez-vous pas que vos corps sont les temples du Saint-Esprit, qui est en vous, et que vous avez reçu de Dieu ? Vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes, vous avez été achetés à un prix. – 1 Corinthiens 6:19-20 Mise à jour NIV

Jésus, nous déclarons et nous proclamons que le corps de Jason est à toi et à toi seul. Il a été acheté à prix d’or, avec le sang du Christ. Saint-Esprit, ceci est Ton temple – viens et remplis Ton temple maintenant avec le pouvoir de guérison de Dieu.

Et si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts vit en vous, Celui qui a ressuscité le Christ d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels à cause de Son Esprit qui vit en vous. – Romains 8:11 Mis à jour NIV

Esprit de Dieu, viens et donne la vie au corps mortel de Jason par la puissance de Dieu en lui.

Quatrième étape : Veillez à ce que le nuage s’élève de la mer.

Il est utile que la personne pour laquelle vous priez partage avec vous les changements qu’elle ressent dans son corps pendant que vous priez. Cela inclut les changements positifs : « Wow – quand vous avez commencé à adorer sur moi, j’ai senti une chaleur dans tout mon corps. » Dans ce cas, adorez davantage (ou ce qui a produit le changement) ! Mais signalez aussi tout changement négatif :  » Mon mal de tête vient d’empirer « , car c’est une donnée immédiate qui indique que vous avez affaire à une sorte de forteresse et qui guidera vos prières à l’étape cinq.

Etape cinq : S’adresser au démoniaque.

Je trouve fascinant que dans un certain nombre d’épisodes où Jésus a apporté la guérison physique à quelqu’un, il l’a en fait fait en bannissant les esprits immondes :

On lui amena alors un homme possédé par un démon, qui était aveugle et muet, et Jésus le guérit, de sorte qu’il pouvait à la fois parler et voir. – Matthieu 12:22

L’ennemi nous déteste ; ses alliés humains, comme les sorcières, nous détestent aussi, et ils maudissent les chrétiens. Il est donc très probable que dans un certain nombre de situations où vous essayez d’apporter la guérison physique, vous devrez briser l’œuvre de l’ennemi là aussi. Parfois, vous le découvrirez dès que vous commencerez à prier – vous sentez la haine sur sa vie, ou vous sentez les esprits sombres qui essaient de vous repousser et de vous empêcher de prier. Écoutez et demandez à Christ : « Quelque chose ici provoque-t-il cela ? Y a-t-il des esprits immondes ici ? « 

En fait, souvent, avant même de commencer la séance de prière, ou dès que nous commençons, je demanderai à Jésus :  » Est-ce physique, ou est-ce spirituel, Seigneur ? « Je m’attarde là, et j’attends. « Cette affliction est-elle physique, ou spirituelle, Seigneur ? » La raison pour laquelle je pose cette question est simple : si l’affliction est basée sur une attaque spirituelle, c’est-à-dire une sorte d’agression démoniaque ou de sorcellerie, alors aucune prière de guérison ordinaire ne pourra la réparer. Vous devez vous occuper de la guerre, et ensuite vous pouvez prier pour la guérison. Maintenant, je suis sûr qu’il y a des exceptions à la règle, mais notre expérience a prouvé que cela était utile dans des centaines de cas.

Puis nous apportons l’œuvre de Christ contre l’agression. C’est beaucoup plus efficace lorsque vous pouvez être spécifique ; demandez à Jésus de nommer les esprits immondes impliqués, afin que vous puissiez les chasser par leur nom.

Nous apportons le corps de Jésus-Christ, brisé pour Nancy, contre tout esprit immonde et impur ici. Nous apportons le sang de Jésus-Christ et la puissance de sa croix contre tout esprit immonde et impur ici – contre tout esprit de . Vous êtes désarmés par la croix et le sang de Jésus-Christ ; vous avez été vaincus par la puissance de sa résurrection. Toute autorité dans les cieux et sur la terre a été donnée à Jésus-Christ, et tout genou doit fléchir devant son nom. Nous apportons l’autorité de Jésus-Christ et la puissante victoire de Jésus-Christ contre chaque esprit immonde ici, et nous ordonnons que vous soyez liés et bannis vers vos jugements. Vous devez quitter Nancy maintenant, et vous devez quitter son corps. Maintenant. Nous vous lions et bannissons, et nous vous interdisons de transférer ou de revenir, au nom puissant de Jésus-Christ qui est le Seigneur des cieux et le Seigneur de la terre.

Une autre catégorie dont il faut être conscient sont les malédictions. Demandez à Jésus s’il y a des malédictions qui opèrent ici. Ensuite, brisez leur pouvoir.

Nous apportons Jésus-Christ, maudit pour Nancy, maudit pour chacun de nous, contre toute forme de malédiction opérant ici. « Le Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi en devenant malédiction pour nous, car il est écrit : ‘Maudit est quiconque est pendu à un poteau' » (Galates 3:13 mis à jour NIV). Nous apportons Jésus-Christ maudit contre toute forme de malédiction, et nous brisons leurs pouvoirs maintenant et pour toujours, par le nom puissant de Jésus-Christ le Seigneur.

Cela inclurait l’auto-malédiction (qui est en fait très courante). Si vous semblez rencontrer une résistance à apporter la vie de Dieu dans son corps, demandez-lui comment il se sent par rapport à son corps. Faites-lui renoncer à tout jugement, à toute haine et à tout rejet de soi.

Seconde étape : Maudire la maladie.

Tôt le matin, alors que Jésus retournait à la ville, il avait faim. Voyant un figuier au bord de la route, il s’en approcha mais n’y trouva que des feuilles. Il lui dit alors : « Que tu ne portes plus jamais de fruits ! » Aussitôt, l’arbre se dessécha. – Matthieu 21:18-19 Mise à jour NIV

La Bible prend la bénédiction et la malédiction très au sérieux parce que c’est réel ; cela fonctionne. Dans les deux Testaments, nous voyons des hommes et des femmes pieux respecter le pouvoir de la bénédiction, et de la malédiction. Jésus fait de même. Oui, on nous dit de ne pas maudire les gens. Mais le Christ, par son exemple, nous donne la possibilité de maudire les objets physiques, et nous avons trouvé efficace, dans les cas de maladies difficiles et même de cancer, de maudire la maladie. C’est un voleur et un destructeur. C’est une présence immonde dans le corps. C’est un intrus ! Vous la bannissez du corps en priant – vous pourriez aussi bien y aller à fond et la maudire directement.

Vous pouvez ou non vous sentir à l’aise en faisant cela, mais gardez-le comme une flèche dans votre carquois pour les situations où aucune percée ne vient.

Rester avec elle !

La guérison physique peut être immédiate. Mais elle peut aussi prendre du temps, surtout en cas de souffrance profonde ou chronique. J’aime absolument cette histoire de Jésus qui prend plus d’un passage pour guérir un homme :

Ils arrivèrent à Bethsaïda, et des gens amenèrent un aveugle et supplièrent Jésus de le toucher. Il prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Quand il eut craché sur les yeux de l’homme et posé ses mains sur lui, Jésus lui demanda : « Vois-tu quelque chose ? »

Il leva les yeux et dit : « Je vois des gens ; on dirait des arbres qui se promènent. »

Une fois de plus, Jésus posa ses mains sur les yeux de l’homme. Alors ses yeux s’ouvrirent, sa vue fut rétablie, et il vit tout clairement. – Marc 8:22-25

Quoique vous vouliez faire de cette histoire délirante, vous devez admettre qu’il a fallu au Christ plus d’un passage pour guérir complètement l’homme.

C’était sûrement pour notre bénéfice, une autre façon de nous encourager à prier et à ne pas abandonner !

Pour plus de lecture : Agnes Sanford : La lumière qui guérit Bill Johnson et Randy Clark : Le guide essentiel de la guérison

.

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.