Évaluation du curriculum vitae de Mark Buehrle au Temple de la renommée

X

Privacy & Cookies

Ce site utilise des cookies. En continuant, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus, y compris comment contrôler les cookies.

Got It!

Publicités

Lundi, le Temple de la renommée du baseball a publié son bulletin de vote 2021 qui comprenait 11 premiers candidats, dont la légende des White Sox Mark Buehrle. Buehrle a lancé 16 saisons dans les ligues majeures de 2000 à 2015, compilant 214 victoires et une ERA à vie de 3,81 au cours de 3 283,1 manches de travail.

Bien que Buehrle soit sans aucun doute l’un des meilleurs lanceurs modernes à revêtir l’uniforme des White Sox de Chicago et que son no. 56 retiré par le club, son curriculum vitae lui vaut-il d’être considéré comme l’un des plus grands à le revêtir ?

Après avoir été repêché par les White Sox au trente-huitième tour de la Draft Ametuer de juin 1998, Buehrle a eu un parcours rapide et improbable dans le système des ligues mineures des White Sox. Après avoir signé avec les White Sox en mai 1999, Buehrle n’a fait que 36 apparitions en ligue mineure avant d’être appelé le 16 juillet 2000.

Pendant qu’il était dans les mineures, Buehrle a lancé pour l’affilié Single-A de l’époque, les Bees de Burlington, où il a affiché une fiche de 7-4 avec une ERA de 4,10. En 2000, Buehrle a commencé la saison avec les White Sox Double-A affiliés les Birmingham Barons, Buehrle a lancé son chemin à un record de 8-4 avec une ERA de 2,28 tout en donnant seulement 17 promenades sur 119 manches lancées. Il a finalement été nommé meilleur lanceur de la Southern League cette saison-là, et il a également été le lanceur gagnant du Futures Game lors des festivités de la MLB All-Star.

Le 16 juillet 2000, le gaucher alors âgé de 21 ans fait ses débuts dans les ligues majeures pour les White Sox, lançant une manche contre les Brewers de Milwaukee en accordant un point gagné sur deux coups sûrs, tout en retirant un coup sûr et en marchant une fois.

Buehrle fera son premier départ en carrière seulement trois jours plus tard contre les Twins du Minnesota. Le gaucher de 21 ans a lancé sept manches de balle à deux points tout en ne permettant que six coups sûrs contre les Twins rivaux en route vers sa première victoire MLB.

Buehrle a contribué tout de suite dans un rôle hybride qui l’a mis en vedette dans le bullpen et en tant que démarreur ponctuel dans une saison au cours de laquelle les White Sox remporteraient l’American League Central. Buehrle a compilé une fiche de 4-1 avec une ERA de 4,21 en 55 manches de travail.

À sa première saison complète comme partant en 2001, Buehrle a obtenu 16-8 avec une ERA de 3,29 en 32 départs. Il a lancé quatre parties complètes – dont deux étaient des blanchissages – sur une période de 221,1 manches, tout en ne permettant que 81 points mérités.

Buehrle n’était pas un grand lanceur de type swing-and-miss, mais il avait un solide arsenal de lancers qu’il était capable de localiser assez efficacement pour sortir les frappeurs début après début pendant des parties de 16 saisons. Buehrle a compensé son manque d’élan et de réussite (5,13 K/9 en carrière) en limitant les marches (2,01 BB/9), en gardant la balle au sol (45,3 % de GB) et en limitant les contacts violents (25,4 % de Hard). Il a toujours tenu les frappeurs en haleine grâce à son rythme de jeu rapide. Au cours de sa carrière, Buehrle a un temps moyen entre les lancers de seulement 15,8 secondes.

Buehrle a gagné plus de 15 matchs dans une saison six fois au cours de ses 15 années en tant que lanceur partant et a gagné plus de 10 matchs dans une saison chaque saison en tant que lanceur partant. Au cours de ses 15 années en tant que lanceur partant, Buehrle n’a lancé moins de 200 manches dans une saison qu’une seule fois ; en 2015, lorsqu’il a lancé 198,2 manches, manquant la marque par seulement quatre outs.

Dans cette ère de lanceurs, le nombre de manches que Mark Buehrle a pu consommer année après année est incroyablement remarquable. Buehrle était vraiment un Iron-Man des lanceurs à une époque où la chirurgie de Tommy John augmentait rapidement chez les lanceurs chaque saison, Buehrle a réussi à commencer 493 matchs en lançant 3 283,1 manches et sans jamais passer une période prolongée sur la liste des invalides au cours de sa carrière MLB de 16 ans.

Malgré le fait qu’il ait été incroyablement sous-estimé tout au long de sa carrière en raison de son manque de vélocité élevée et de son stuff swing-and-miss, Buehrle a réussi à remporter un championnat de Série mondiale en 2005 avec les White Sox, ainsi qu’à lancer un No-Hitter en 2007 contre les Texas Rangers, et une partie parfaite le 23 juillet 2009 contre les Rays de Tampa Bay.

Photo : Ron Vesely

Un champion de la Série mondiale, un All-Star à cinq reprises et un lauréat du Gold Glove Award à quatre reprises au cours de ses 16 années dans la Ligue majeure de baseball, en plus de ses 214 victoires, et vous devez sérieusement envisager de parler de Cooperstown dans cinq ans. Mark Buehrle ne fait peut-être pas partie de la première ou de la deuxième liste des Hall-of-Famer, mais il doit certainement faire partie de la discussion. Il était une merveille moderne de longévité, et de durabilité à l’époque qui a vu des chirurgies astronomiques Tommy John et des lanceurs passant des saisons à la fois sur la liste des handicapés.

Voici comment Buehrle se positionne par rapport au reste des lanceurs partants sur le scrutin de 2021 dans 10 catégories et fWAR :

GS IP W ERA K/9 BB/9 WHIP CG CG-SO 200+ IP fWAR
Mark Buehrle (NA, 1er) 493 3283.1 214 3.81 5.13 2,01 1,28 33 10 14 52,3
A.J. Burnett (NA, 1er) 430 2732.1 164 3.99 8.28 3.62 1.32 24 10 6 42.5
Roger Clemens (61%, 9ème) 707 4916,2 354 3,12 8,55 2.89 1,17 118 46 15 133,7
Dan Haren (NA, 1er) 380 2419.2 153 3.75 7.49 1.86 1.18 16 6 7 40.4
Tim Hudson (NA, 1er) 479 3126,2 222 3,49 5,99 2,64 1.24 26 13 8 48.9
Andy Pettitte (11.3%, 3ème) 521 3316 256 3.85 6.64 2.80 1.35 26 4 10 68.2
Curt Schilling (70%, 9ème) 436 3261 216 3.46 8.00 1.96 1.14 83 20 9 79.8
Barry Zito (NA, 1er) 421 2575.2 165 4.04 6.58 3.72 1.34 12 5 6 30.2

La carrière de 24 saisons de Roger Clemens surpasse de beaucoup le reste du peloton dans presque toutes les catégories ici, et il va sans dire qu’il est dans une classe différente du reste du peloton. C’est en raison de sa connexion et / ou de l’utilisation de PED qu’il est encore sur le bulletin de vote ici dans sa neuvième année, et à seulement 61 pour cent des 75 pour cent des votes nécessaires avec seulement deux cracks à gauche, je ne suis pas sûr que le BBWAA va jamais oublier son implication des stéroïdes.

On peut dire la même chose d’Andy Pettitte, qui, alors qu’il n’en est qu’à sa troisième année d’éligibilité, n’a reçu que 11,3 % des votes en 2020.

Curt Schilling est à 70 % avec deux coups restants et est le plus proche des trois lanceurs de cette liste liés au scandale des PED qui a secoué le baseball.

Si vous retirez Schilling, Clemens et Pettitte du bulletin de vote, voici à quoi cela ressemble pour le reste du champ :

GS IP W ERA K/9 BB/9 WHIP CG CG-SO 200+ IP fWAR
Mark Buehrle (NA, 1er) 493 3283.1 214 3.81 5.13 2.01 1.28 33 10 14 52.3
A.J. Burnett (NA, 1er) 430 2732.1 164 3.99 8.28 3.62 1.32 24 10 6 42.5
Dan Haren (NA, 1er) 380 2419,2 153 3.75 7.49 1.86 1.18 16 6 7 40.4
Tim Hudson (NA, 1er) 479 3126.2 222 3.49 5.99 2.64 1.24 26 13 8 48.9
Barry Zito (NA, 1er) 421 2575,2 165 4,04 6.58 3.72 1.34 12 5 6 30.2

Avec Curt Schilling faisant son chemin vers le Hall of Fame ou étant retiré du scrutin après l’année prochaine, et Clemens/Pettitte un combo improbable pour y entrer un jour, le cas de Buehrle devient beaucoup plus fort dans un champ de candidats au-delà de l’étendue des joueurs légendaires de la première liste que nous avons vu ces dernières années.

Même en étant en tête de ce champ particulier pour les départs, les manches lancées, les parties complètes, les saisons avec 200+ manches et les fWAR (et en arrivant en deuxième ou troisième position dans toutes les autres catégories), il y a très peu de chances que Buehrle y arrive dès sa première année sur le bulletin de vote.

Il pourrait en être de même pour ses 2-3 premières années sur le bulletin de vote, mais, je pense vraiment que Buehrle fera son chemin dans le hall avant que son éligibilité ne prenne fin.

Comme David Brown l’a souligné lundi, sur les 80 lanceurs dans le Hall of Fame, seulement 31 ont plus de bWAR que Buehrle. S’il était élu cette année (hypothétiquement parlant), les 60,0 bWAR de Buehrle se classeraient au trente-deuxième rang parmi les 81 lanceurs du Hall of Fame.

En plus de son solide curriculum vitae statistique, le championnat de la Série mondiale de Buehrle, ses cinq participations au match des étoiles, ses quatre prix Gold Glove, son match complet et son match parfait doivent entrer en ligne de compte dans le processus décisionnel, faisant de Buehrle un candidat qualifié par rapport aux lanceurs partants précédemment élus.

Plusieurs personnes peuvent soutenir que la carrière de Buehrle est plus « Hall of Good » que Hall of Fame, mais je pense qu’il a un cas à faire, non pas cette année, mais dans les prochaines années.

Featured Photo : Jerry Lai-USA TODAY Sports

Publicités

.

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.